Accueil » Shopping

Les boulangeries parisiennes ouvertes en été

5 août 2014 Pas de commentaires

C’est bien connu, les Parisiens ont tendance à déserter leur capitale bien-aimée durant les mois d’été. Ceci est également valable pour les boulangers, qui prennent traditionnellement un repos bien mérité pendant la période estivale.

pain-paris

Pourtant, saviez-vous qu’un boulanger n’a pas le droit de fermer son établissement comme bon lui semble ? Il n’y a que les pharmacies qui sont soumises à un régime aussi strict en ce qui concerne leur fermeture annuelle. Bien sûr, il est toujours possible d’acheter sa baguette en supermarché. Mais cette loi ancienne est toujours de vigueur au 21e siècle. Elle remonte au rôle central que joue le pain dans l’alimentation des Français.

Quoi qu’il en soit, voici la liste au format PDF des boulangeries ouvertes en été à Paris. Les curieux peuvent poursuivre leur lecture pour découvrir l’histoire des réglementations qui sont imposées aux boulangers à Paris.

Au cours de l’histoire de France, de nombreux troubles sociaux ont eu le pain pour origine. La Révolution française, outre la raison du désir d’émancipation, a démarré avec la difficulté de trouver du pain à bon prix pour les Parisiens. C’est dans ce contexte que Marie-Antoinette avait dit que « s’il n’y a pas de pain, qu’ils mangent de la brioche. »

Suite aux luttes ouvrières et à l’obtention d’avancées sociales comme les congés payés, l’État doit tout de même veiller à assurer l’approvisionnement en pain de la population chaque jour de l’année. C’est ainsi qu’une loi de 1957 permet à chaque commune d’imposer l’ouverture d’une boulangerie.

À Paris, depuis la moitié des années 90, les boulangeries sont obligées d’ouvrir un mois sur 2 en juillet et août, tandis que comme pour les pharmacies, il doit y avoir une boulangerie «  de garde » par quartier (mais rassurez-vous, il n’y a pas de service de nuit).

Cependant, cette réglementation tombera l’année prochaine. Si les boulangers ne communiquent pas entre eux, certains quartiers pourraient se retrouver sans pain frais pendant quelques jours. De quoi déclencher une nouvelle révolution ? Cela reste tout de même fort improbable, grâce aux supermarchés et congélateurs !

Les commentaires sont clos.